34e SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L’UNION ECONOMIQUE D’AFRIQUE CENTRALE : LE TRIO-MINISTERIEL DONDRA, MOLOUA ET BAÏPO REPRESENTE LA RCA

34e SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L’UNION ECONOMIQUE D’AFRIQUE CENTRALE : LE TRIO-MINISTERIEL DONDRA, MOLOUA ET BAÏPO REPRESENTE LA RCA

Les ministres des Finances et de l'Economie des six États de la CEMAC ont tenu, le mercredi 20 novembre 2019 à Yaoundé au Cameroun, le Conseil de l'Union Economie de l’Afrique Centrale (UEAC). Cette session ministérielle s’est consacrée à l’analyse de la situation macro-économique et des questions relatives au budget de la zone CEMAC. La délégation centrafricaine est composée de M. Félix Moloua, ministre de l’économie, du plan et de la coopération, M. Henri-Marie Dondra, ministre des finances et du budget et de Son Excellence Sylvie Baïpo Témon, ministre des affaires étrangères et des Centrafricains de l’étranger.

Après avoir ouvert les travaux, le président de la commission de la CEMAC le Pr Daniel Ona Ondo a fait allusion aux efforts des autorités camerounaises visant à rétablir la paix dans cette partie de la zone CEMAC, secouée par la crise anglophone. L’impact de cette crise sur la situation macroéconomique du Cameroun est l’archétype de la situation sécuritaire des pays de la CEMAC. Le conseil souhaite vivement que la paix devienne une priorité pour les gouvernants, car « sans la paix il n’y a pas de développement possible ».

Abordant le principal sujet inscrit à l’ordre du jour, le Conseil des ministres de l’UEAC a d’abord passé au scanner la situation macroéconomique de la communauté. Ce conseil de haut niveau a attiré l’attention de la communauté sur l’instabilité des cours de pétrole et la persistance de l’insécurité dans certains pays de la zone. Concernant la question budgétaire, le Conseil a mis en exergue « les hypothèses prudentes qui sous-tendent les prévisions des ressources et des charges inscrites dans ce budget, à savoir le potentiel de la taxe communautaire d’intégration (TCI) et le souci permanent de ramener les charges de fonctionnement à des niveaux soutenables»

Il importe de rappeler que la zone CEMAC est sortie de la récession avec une croissance qui atteindrait 2,7% et 2,9% respectivement en 2019 et 2020. En plus de cette légère embellie, les déséquilibres extérieurs et budgétaires ont été en partie résorbés. Ce rendez-vous économique de haut niveau ne peut pas s’organiser sans la présence de la République centrafricaine. Le ministre Moloua, Dondra et Baïpo méritent vraiment une excuse patriotique pour ne pas se rendre à Bambari pour la JMA.